24 HEURES AVEC

ROBERT JESSE

Styliste / Atelier

Une série de Frank Rodriguez

24 heures avec Robert Jesse

Dans le troisième épisode de notre  série documentant une journée dans la vie d'un individu créatif.

Frank Rodriguez poursuit notre nouvelle série en passant une journée avec Robert Jesse, un talentueux Designer et Atelier. Grâce à une séance de questions-réponses et à une photographie filmique documentant sa journée, nous avons un aperçu de la vie de Robert  fond et son processus de réflexion derrière sa prochaine collection.

website_1.jpg

Frank : Parle-moi de toi ?

 

Robert : Je m'appelle Robert Jesse et je suis créateur de mode et je dirige une société de production appelée RJ's Atelier qui travaille avec de petites marques émergentes. Je dirige également une marque appelée Personal Hobby (PRSNL.HB) qui se concentre sur la conception technique, en utilisant mes expériences et mon intérêt d'enfance et en traduisant cela dans le vêtement. Par exemple l'anime à l'architecture et la fusion de ces deux choses ensemble.

 

Franck : Où sommes-nous ?

 

Robert : Vous êtes dans mon studio à Woolwich, au sud-est de Londres. Je suis ici depuis environ un an. Je viens de construire mon équipement au fil des ans. J'essaie juste de me créer une bonne base.

Frank : Comment êtes-vous entré dans la mode ?

 

Robert : Au lycée, mon ami et moi avions une entreprise de t-shirts où nous obtenions simplement des images de Google et les imprimions sur des t-shirts vierges.

Frank : Comment les as-tu imprimés ?

 

Robert : Nous sommes allés dans une imprimerie près de chez nous qui s'appelait le « T-shirt Shop », ils faisaient toutes les formes d'impression : sérigraphie, numérique et presse à chaud, etc. si ondulé ». J'ai continué à imprimer et je me souviens d'un ami de la famille qui m'a parlé de l'industrie et de la vente de t-shirts. J'ai rencontré des gens qui sont à venir dans l'industrie en ce moment comme Kojey Radical, Amari Lewis, Last Night in Paris, Josh Collard, je suppose que c'était mon idée d'être simplement dans cet espace et de ne pas être du tout à Londres comme je vivais dans Kent. J'ai décidé de faire une fondation en Art & Design car je savais que c'était quelque chose que je voulais faire comme carrière, j'ai gardé l'esprit d'apprendre et de progresser constamment et maintenant je veux juste créer ma propre marque et mes fondations dans l'industrie.  

 

Interviewer : Où avez-vous étudié pour votre fondation ?   

 

Robert : Je suis allé à l'Université des Arts Créatifs de Rochester, c'était à environ 30 minutes à pied de chez moi, tout était basé sur le Kent. J'ai fini par y rester aussi pour mon diplôme, j'ai aussi postulé au LCF à Shoreditch (London College of Fashion) mais je n'y suis pas entré. ils m'ont dit à quel point c'était difficile et que vous appreniez toutes ces techniques, etc. C'était cool de savoir que je pouvais mettre quelque chose de ce niveau sur CV. Je n'ai pas vraiment apprécié le cours en première année car c'était très intense pour moi. Cependant, après avoir parlé à mes parents, ils m'ont convaincu que tout ira bien tant que je parviendrai à terminer le cours.

Frank : Diriez-vous que l'université est nécessaire ?

 

Robert : Je crois que pour le cours que j'ai fait - oui, c'était nécessaire parce qu'apprendre à confectionner des vêtements, il faut une compétence particulière et un œil pour cela parce que les vêtements sont la prochaine chose à armer, nous les portons tous les jours. Pour que quelqu'un fasse quelque chose pour vous, que ce soit sur mesure ou commercial, cela nécessite une résolution de problèmes. Cependant, je pense que c'est un peu des deux, car vous pouvez apprendre d'Internet et c'est ainsi que nous nous dirigeons vers l'avenir, devenant plus techniques, mais j'ai l'impression que l'éducation, en général, vous en avez besoin - juste pour que nous puissions comprendre ce qui est bien pour nous et ce qui ne l'est pas.  

 

Frank : Qu'avez-vous appris à l'université que vous n'auriez pas appris par vous-même ? Quelles compétences principales avez-vous acquises ?  

 

Robert : Je pense que c'était juste pour être plus concentré. Je dirais que mon enfance était de toute façon très axée sur le travail, comme mes parents étaient tous les deux universitaires, tantes, oncles, cousins, donc mes week-ends consistaient à aller chez mon cousin, à Croydon et à faire des affaires/informatique du matin au soir et ça n'était littéralement pas de jours de congé pour moi. Je suppose que cela a amélioré ma concentration. Cela m'a appris davantage le côté technique des choses, étant également plus ouvert aux idées et aux réflexions car j'étais assez retenu en termes d'expériences de rencontre avec de nouvelles personnes d'origines, d'identités culturelles, d'ethnies et même d'histoire différentes. Ce sont les principales choses auxquelles je ne ferais pas attention par moi-même. 

Comprenez que vous ne pouvez pas être dans votre propre bulle et que vous devez écouter afin de collaborer avec succès.

website_3.jpg

Frank : Quels conseils donneriez-vous à quelqu'un qui souhaite être à votre place ?

 

Robert : Je dirais de trouver un bon mentor qui vous guidera à travers l'industrie, à la fois le travail technique et physique, car c'est un métier que tout le monde ne veut pas faire, en particulier au Royaume-Uni, car nous nous concentrons davantage sur la conception que sur la fabrication. Ayez également l'intégrité de connaître votre valeur, car vous vous retrouverez à faire des choses gratuitement et même à devoir vous vendre à découvert parce que vous avez besoin de gagner de l'argent ou que vous voulez figurer dans un certain cercle. J'ai l'impression qu'une fois que vous avez compris sur quoi vous voulez vous concentrer et sur vos valeurs, ne vous dites pas que vous devez changer et faire passer Dieu avant tout le reste.

Frank : Quel est le plus gros projet sur lequel tu as travaillé ?

 

Robert : Je dirais que ce sera la collaboration Mojo Kojo et Urban Outfitters. Je connais le propriétaire de Mojo Kojo, Koye, qui m'a envoyé un briefing de ce dont Urban Outfitters avait besoin, c'était des patrons et trois prototypes de vêtements. C'était comme mon premier grand projet à venir après avoir terminé l'université. Urban Outfitters nous a envoyé un vêtement qui pouvait être découpé et fusionné et en faire le motif. Je me souviens m'être assuré que toutes les spécifications étaient parfaites car il s'agissait de mon premier projet depuis l'obtention de mon diplôme universitaire et même de travailler avec une si grande marque. Je pense qu'en regardant en arrière maintenant, quand il s'agit de marques travaillant avec des designers, je pense que nous devrions obtenir des redevances ou quelque chose de similaire car nous ne concevons pas des choses qui seront produites en masse.

Frank : Avec quelles marques avez-vous travaillé ?  

 

Robert : J'ai travaillé avec Mojo Kojo, Urban Outfitters, What We Wear, K-Swiss, Mowalola et quelques autres marques dont je ne me souviens pas vraiment, mais ce sont les principales marques avec lesquelles j'ai travaillé directement.

 

Frank : Avec quelles marques aimeriez-vous travailler ?  

 

Robert : J'aimerais travailler avec Errolson Hugh de Acronym, A-Cold-Wall, Kiko, Bianca Saunders et Martine Rose.  

 

Frank : Quels conseils donneriez-vous aux personnes qui souhaitent travailler avec des marques similaires ?  

 

Robert : Je recommanderais de tout mettre par contrat ou au moins par écrit pour vous protéger et protéger l'autre personne. Comprenez également que vous ne pouvez pas être dans votre propre bulle et que vous devez écouter afin de collaborer avec succès. Si vous avez une mauvaise expérience, prenez-la comme une leçon et si c'est une bonne expérience, prenez-la également comme une leçon. Je ne crois pas au bien ou au mal, la plupart du temps c'est un point de vue, assurez-vous que vous appréciez le processus.

 Ce n'était littéralement pas de jours de congé pour moi

website_5.jpg

Frank : Sur quoi travaillez-vous actuellement ?  

 

Robert : Je travaille actuellement sur ma collection que j'espère sortir en juillet - ne me citez pas là-dessus. La collection se concentre sur des pièces très uniformes et que vous pouvez porter au quotidien. Je suis aussi en train d'en apprendre davantage sur mon métier et ma pratique. Une autre chose est de fournir un meilleur service client et de devenir la référence.

 

Frank : Quand une marque vous approche, quelles sont les premières choses que vous demandez ?  

 

Robert : La première chose que je demande, c'est quel est le délai ? Parce que normalement, lorsque je suis contacté pour faire quelque chose, ils le veulent dès que possible, ce qui pourrait être difficile selon que je travaille actuellement sur autre chose. Je demande aussi le tarif pour qu'on puisse trouver un juste milieu en fonction de leur budget. Je ne commence à travailler qu'une fois la facture payée et confirmée.

Frank : Pourriez-vous approfondir un peu votre prochaine collection ?

 

Robert : Eh bien, la collection sur laquelle je travaille est basée sur mes expériences jusqu'à présent en tant que Robert Jesse, qui touchera quand je travaillais dans la vente au détail et dans différents espaces. J'ai l'intention de l'appeler 'Nouvelle erreur', je veux présenter quelque chose de sombre. Cela touchera à des choses où cela peut sembler politique, mais étant un homme noir vivant au Royaume-Uni, ce n'est qu'une expérience que les Noirs en général pourraient vivre au quotidien. Il touchera également aux références de Marvel. Je veux juste rendre la mode masculine plus intéressante, je pense que les choses peuvent être restructurées de manière à ce que ce ne soit pas l'ordinaire de ce qu'est la mode britannique maintenant.

 

Frank : Comment restes-tu si concentré ?  

 

Robert : Que j'ai toujours quelque chose à dire et que j'ai de la valeur que je peux apporter à cette Terre. Je crois que lorsque Dieu m'utilise et évidemment j'ai fait tout ce que je pouvais faire, le simple fait d'être ici me motive sachant que cela peut changer la vie de mes enfants et la vie de leurs enfants. Être également un professionnel dans cette industrie en raison de la façon dont les Noirs sont perçus dans un sens non professionnel. Je ne dis pas que je dois leur prouver qu'ils ont tort, c'est juste une de ces choses où je veux montrer aux autres pourquoi les gens viennent me voir. Il est important d'être concentré pour m'assurer que je crée un niveau de normes que j'aimerais créer pour moi-même et toute personne qui travaille sous moi ou avec qui je travaille peut voir que je suis complètement concentré sur ce que je fais. En plus de cela, le fait d'être concentré est juste pour m'assurer que je crée un niveau de normes dans lequel je travaille. J'espère que cela inspirera d'autres personnes qui regarderont mon travail.

website_6.jpg

 Les vêtements sont la prochaine chose à l'armure, nous les portons tous les jours

Frank : Quelle est la prochaine étape pour Robert Jesse ?

 

Robert : Je suis en train de me construire une meilleure base pour faciliter la prise de contact avec les clients, créer également un site Web et finaliser l'orientation de la marque. J'espère que vous pourrez bientôt voir des pièces plus excitantes.

INSTAGRAM                                TWITTER                                 SITE INTERNET

Photographie & Interview par Frank Rodriguez

Transcrit par Siobhan Martin

Produit par New Wave Studios