24 HEURES AVEC

ROISINO

Directeur de création / Styliste

Une série de Frank Rodriguez

24 heures avec Roisino

Dans le deuxième épisode de notre  série documentant une journée dans la vie d'un individu créatif.

Frank Rodriguez poursuit notre nouvelle série en passant une journée avec Roisino, un talentueux directeur de création et styliste. Grâce à une séance de questions-réponses et à une photographie filmique documentant sa journée, nous avons un aperçu de la vie de Roisin  ses antécédents et son incroyable état d'esprit qui l'ont amenée là où elle est maintenant.

website_1.jpg

Frank : Qu'est-ce qu'on fait aujourd'hui ?

 

Roisin : Aujourd'hui je stylise un lookbook pour EJDER et *Undisclosed*

 

Franck : D'où viens-tu ?

 

Roisin : Je viens de Belfast, en Irlande du Nord

 

Frank : Pourquoi es-tu venu à Londres ?

 

Roisin : Je suis venu à Londres à cause de ma carrière parce que je savais que ce qui m'était disponible en Irlande ne serait jamais mon rôle idéal à l'avenir. Je n'allais jamais devenir réalisateur de clips en Irlande car il n'y a pas beaucoup de clips à réaliser en Irlande. Je savais que je n'avais pas ma place là-dedans et j'ai toujours été différent de la norme. Je pense que si vous ne voyagez pas, vous obtenez une perspective sur la vie et cette perspective est assez linéaire. Il y a une façon tellement standard de vivre votre vie en Irlande et les gens ont tendance à y adhérer.  

 

Frank : Tu étudies actuellement ?

 

Roisin : Non, j'ai terminé il y a plus d'un an, je me sens si vieux. J'ai étudié à l'Université des Arts Créatifs où j'ai fait la promotion de la mode et l'imagerie. 

Frank : Est-ce que ça valait le coup ?

 

Roisin : Je n'ai jamais voulu aller à l'université mais je n'y suis allé que parce que c'était le seul moyen de me faciliter mon arrivée à Londres.

 

Frank : Oh c'est comme ça que tu as bougé ?

 

Roisin : Ouais, c'est comme ça que j'ai déménagé, sinon je n'aurais pas eu la possibilité de déménager autrement pour des raisons financières. J'ai très bien réussi mes études, mais l'université n'a jamais fait partie de mes aspirations, elle s'intégrait simplement au plan et le rendait plus rationalisé parce que je savais que ce serait un moyen facile pour moi d'avoir un emploi à temps partiel et de travailler gratuitement. Lorsque vous débutez dans cette industrie, vous devez travailler gratuitement et je n'aurais pas pu le faire si j'avais simplement déménagé ici. J'aurais dû avoir un travail et je n'aurais pas eu le temps de le faire, mais aller à l'université m'a donné du temps. Mon université m'a même donné quelques mois de congé où vous pouvez obtenir un stage dans le cadre du cours. J'ai pu acquérir beaucoup d'expérience grâce à cela et j'ai également obtenu des emplois rémunérés pendant mes études universitaires.

 

Frank : Pour qui/avec qui avez-vous travaillé ?

 

Roisin : Mon expérience a commencé au magazine XXY en tant qu'assistante éditoriale. C'est marrant parce que j'ai fait ma toute première prise de vue à cet endroit précis. J'ai ensuite commencé un stage en relations publiques chez Rich PR London. Après un certain temps, je suis devenu éditeur de mode dans un magazine appelé ASBO magazine - c'est une publication internationale. J'ai assisté une styliste de vidéoclips appelée Neesha Sharma; c'était la majorité de mon travail en 3e année. J'aidais des vidéos de style pour des noms comme Krept et Konan, Kenny All Star et d'autres artistes basés au Royaume-Uni. Je travaillais essentiellement 7 jours sur 7, j'essayais de m'entasser le plus possible.

Frank : Comment vous définiriez-vous ?

 

Roisin : Je dirais que je suis réalisateur. J'ai utilisé le stylisme comme un moyen pour moi d'entrer dans l'industrie et de continuer à acquérir de l'expérience, et aussi de gagner de l'argent pendant que je construisais mon portefeuille en tant que réalisateur. Je crois que vous devez atteindre un certain niveau en tant que réalisateur avant de pouvoir supprimer tous les autres éléments, en termes de créativité personnelle pour le fait que je puisse peindre, dessiner, créer des concepts, scripter ; ça a toujours été une direction. Ça a toujours été les idées, la conceptualisation, le référencement car je ne suis pas vraiment un passionné de musique ou de mode même si j'aime la musique et la mode mais mes références ont tendance à venir des époques socioculturelles ou des documentaires et films d'art.

 

Frank : Quand une marque vous approche, que demandez-vous normalement ?

 

Roisin : « Vous avez un budget ? ». Deuxièmement, cela dépend si je suis styliste ou réalisateur. Si je mets en scène, c'est du genre « Avez-vous un concept ou avez-vous besoin de moi pour développer un concept pour vous ? ». Je préfère le développer pour eux et travailler avec leurs références. S'il s'agit de style, ce serait "Combien de looks ?".

 

Frank : Y a-t-il quelqu'un dans l'industrie que vous admirez ?

 

Roisin : Ouais, Nadia Lee Cohen, je l'admire définitivement.

website_2.jpg

Frank : Quels sont les principaux enjeux que vous montrez dans votre travail ?

 

Roisin : C'est assez difficile pour moi, mais j'ai récemment commencé à approfondir certains concepts liés à la santé mentale parce que j'ai diagnostiqué un TOC, c'est donc quelque chose qui est important pour moi. Je pense que les gens l'utilisent comme une phrase à jeter comme « Oh, j'en ai à propos de ce TOC et de ça ».

Frank : Quel est le plus gros projet sur lequel tu as travaillé jusqu'à présent ?

 

Roisin : Je pense que le plus grand en termes d'accomplissement personnel était l'éditorial que j'ai fait l'autre jour parce que tout dépendait de moi.

 

Frank : C'était pour qui ?

 

Roisin : C'était pour Just Magazine, j'ai aussi fait une vidéo pour ça. En termes de clips, probablement celui que j'ai fait pour Swerve, c'est un nouvel artiste. J'ai créé un ensemble complet et c'est la première fois que je crée quelque chose à la main à partir de zéro. En termes de comment la société le verrait, j'ai fait « Be Honest » de Jorja Smith et Burna Boy ; J'aidais là-dessus.

Frank : Quelle était la marque ?  

 

Roisin : G2000

 

Frank : Qui est votre assistant qui travaille avec vous aujourd'hui et pourquoi pensez-vous qu'il est important d'avoir un assistant ?  

 

Roisin : Donc Micah est mon assistant ; nous avons en fait fait quelques tournages ensemble. Je n'ai normalement pas d'assistant mais Micah m'a contacté et m'a dit « J'aimerais vraiment juste travailler pour toi » et il ne m'a pas juste contacté une fois qu'il n'arrêtait pas de me le rappeler. Pour moi, c'est tellement essentiel parce que c'est exactement comme ça que j'étais et comment je suis entré dans cette industrie. Il est jeune et me rappelle le même désir et la même passion que j'avais quand j'avais son âge et je ne dis pas cela d'une manière condescendante. J'ai confiance en lui pour le quitter et il fera le travail, quand je reconnaîtrai quelqu'un avec cette motivation. Je pense qu'il est important pour moi de donner une chance à quelqu'un comme ça. En fait, j'ai demandé à un assistant de quitter le poste une fois parce qu'il foutait en l'air mon travail.  


website_3.jpg

Je travaillais essentiellement 7 jours sur 7, j'essayais de m'entasser le plus possible.

website_4.jpg

Frank : Quels conseils avez-vous pour les personnes qui souhaitent acquérir de l'expérience dans cette industrie ?

 

Roisin : Il s'agit de travailler très dur et de déterminer ce que vous aimez et n'aimez pas et allez-y. L'authenticité, la passion et le dynamisme sont les éléments clés. Il n'y a pas de moyen défini pour entrer dans cette industrie ou pas de chemin désigné. Je pense juste qu'il s'agit de travailler dur.

Frank : Comment avez-vous obtenu ce travail ?

 

Roisin : Pour moi, il a commencé juste en faisant des stages.

 

Frank : Comment avez-vous obtenu les stages ?

 

Roisin : j'ai recherché des endroits et j'ai postulé à des endroits que je pensais correspondre à ce que j'aimais

 

Frank : Si quelqu'un fait un stage, devrait-il être payé ?

 

Roisin : Absolument, mais vous n'êtes peut-être pas.

Frank : J'ai fait des choses qui ne m'ont pas payé, mais elles m'ont donné une sorte d'expérience que j'apprécie autant que de l'argent. Pensez-vous que les gens devraient penser comme ça?

 

Roisin : Oui certainement. Je connais des gens qui sont dans cette industrie depuis très longtemps et ils feront toujours des choses gratuitement, tout récemment j'aidais quelqu'un et ils ont fait quelque chose pour The Face qui n'a pas été payé mais c'est The Face donc ça en vaut la peine. La seule fois où j'aurai besoin d'un budget particulièrement élevé, c'est quand c'est très commercial comme le e-commerce par exemple, ça ne va pas pousser ma carrière. Je suis très privilégié d'être à ce stade où je suis jeune et je peux choisir. Cela est venu de travailler dur pendant 4 ans, cela n'arrive pas tout seul et cela n'arrivera pas seulement à moins que vous ne soyez bien connecté à beaucoup de gens qui sont déjà dans l'industrie.

 

Frank : Alors la mode est très importante pour toi ?

 

Roisin : Je pense que ce n'est pas la mode mais c'est l'expression, c'est ce qui est important pour moi. Je pense que l'expression est la chose qui est importante. C'est comme quand je vois une vieille dame dans la rue et qu'elle est super stylée, je suis genre ouais ! Elle vit sa vérité.  

 

Frank : Quelle est la prochaine étape pour Roisin O'Hare ?

 

Roisin : Je fais un traitement vidéo en ce moment pour deux musiciens qui me passionnent vraiment. J'espère que ce sera un clip avant la fin de l'année.

website_5.jpg

Il s'agit de travailler très dur et de déterminer ce que vous aimez et ce que vous n'aimez pas et allez-y.

website_7.jpg

Frank : Des noms ?  

 

Roisin : Donalee et Bawo. Ils sont malades, c'est un peu de l'indie, c'est vraiment excitant parce que je commence à faire des histoires réelles avec leur vidéo plutôt que d'être juste un standard. Je travaille également sur un concept axé sur la santé mentale. Il s'agira essentiellement d'une série de portraits et d'une petite vidéo qui va avec. J'ai prévu de faire des podcasts - ce sera un journal ouvert. Je commence à m'éloigner du stylisme pour m'établir en tant qu'artiste.

 

Frank : Pour résumer tout ça, sur quelle citation vivez-vous personnellement ?

 

Roisin : J'ai dit cela avant. Je ne crois pas au « je ne peux pas » à moins que ce ne soit « je ne peux pas maintenant ». Quand quelqu'un dit qu'il ne peut pas faire quelque chose, je ne le crois pas. Je crois que vous n'avez peut-être pas les moyens ou les capacités de le faire maintenant, mais si c'est quelque chose qui vous passionne vraiment, alors « je ne peux pas » n'entre pas en ligne de compte. C'est juste « Je ne peux pas faire ça à ce moment précis » et ce n'est pas une excuse et ça ne le sera jamais pour moi.       

 Je l'ai déjà dit. Je ne crois pas au "je ne peux pas" sauf si c'est "je ne peux pas maintenant"