IMG_3163.JPG

24 HEURES AVEC

FLORE SCOTT

Photographe / Cinéaste

Une série de Frank Rodriguez

24 heures avec Flore

Nous sommes enfin de retour avec notre quatrième épisode de notre  série documentant une journée dans la vie d'un individu créatif.

Frank Rodriguez poursuit notre nouvelle série en passant une journée avec Flora, une photographe talentueuse et cinéaste en herbe. Grâce à une séance de questions-réponses et à une photographie sur film documentant sa journée, nous avons un aperçu du dernier projet de Flora et de sa réflexion sur certains de ses objectifs et réalisations à ce jour.

website_1.jpg

Frank : Parle-moi de toi ?

 

Flora : Je m'appelle Flora Scott, je suis une photographe, cinéaste et artiste visuelle de 21 ans originaire de Hackney.

 

Frank : Qu'est-ce qu'on fait aujourd'hui ?  

 

Flora : Aujourd'hui, nous allons tourner avec mon amie et artiste Talia. Je lui ai demandé d'écrire un poème l'été dernier et nous préparons des visuels pour l'accompagner.  

 

Frank : On filme sur qui ?  

 

Flore : Talia. Elle est rappeuse, artiste et poète.  

 

Frank : Avez-vous tendance à beaucoup travailler avec des amis ?  

 

Flora : Je dirais que oui, je pense que certaines amitiés permettent cet espace de collaboration « professionnelle ». Je pense que c'est généralement ainsi que le meilleur travail peut être fait.

 

Frank : Quel est le plus gros projet sur lequel tu as travaillé ?  

 

Flora : Dans quel type de média ? Juste en général ?  

 

Frank : Quel est le plus gros projet personnel sur lequel tu as travaillé et quel est le plus gros projet commercial sur lequel tu as travaillé ?  

 

Flora : Le plus gros projet personnel pour moi, c'est mes archives photographiques 'Young London' sur lesquelles je travaille depuis l'âge de 16 ans (elle s'étend donc sur environ 6 ans au total pour le moment). Son corps est composé de photos explorant ce que cela signifie de grandir à Londres ; toutes ces familles « choisies » qui peuvent être formées lorsque vous rencontrez votre peuple en tant que jeune. Commercialement parlant, en 2018, c'était un gros problème pour moi de travailler pour Nike en collaboration avec Jorja Smith. Pour moi, c'est une artiste que je me souviens avoir écoutée sur soundcloud dans ma chambre quand elle a commencé à sortir de la musique. Cette opportunité pour moi en tant que photographe a été un tournant, quand j'ai vraiment réalisé que mon travail pouvait aller loin.

Frank : Comment ça marche sur le projet Jorja Smith ?  

 

Flora : C'était une expérience qui m'a en quelque sorte bouleversée (dans le bon sens).

  Je me souviens juste avoir reçu un appel à l'improviste à l'université, me demandant si c'était quelque chose avec lequel je voulais être à bord et j'ai immédiatement répondu « oui » ! Je pense que ce qui était le plus précieux, c'était la chance de travailler aux côtés d'autres jeunes femmes artistes au talent fou, tandis que nous étions encadrées par des femmes plus âgées et plus établies dans l'industrie. J'étais jumelé avec Ana Sting et nous avons immédiatement eu une connexion. Il était important pour 2018 que je puisse travailler avec une photographe comme Ana et que mon travail soit affirmé par elle.  

Frank : Quelle est la différence entre un projet personnel et un projet commercial ?  

Flora : Je pense que si quelqu'un vous paie ou vous demande de réaliser un travail créatif pour lui, cela signifie qu'il a vu (stylistiquement) votre œil créatif le plus pur à travers votre travail personnel, si cela a du sens ? Espérons que celui qui commande un travail commercial reconnaît cette unicité et vous permet de l'appliquer à n'importe quel travail commercial.

Frank : Quand une marque vous approche, quelles sont les principales choses que vous demandez ?  

Flora : Je suppose quel est le budget, ce qu'ils attendent de vous et quelle sera la liberté de création. Plus la clarté est grande, plus le travail peut être exécuté facilement.  

Frank : Quelle caméra utilisez-vous actuellement ?   

Flora : En ce moment j'ai emprunté le Pentax 67 de mon amie Connie qui est un appareil photo fou pour tourner. Criez à Connie pour ça. J'avais l'habitude de filmer beaucoup (et je le fais toujours quand je suis en déplacement) sur le point et les prises de vue, mais la qualité est tout simplement loin de ce que vous obtenez lorsque vous travaillez avec un appareil photo moyen format comme celui-ci.  

Frank : Pour quelqu'un qui débute, quelle caméra recommanderiez-vous ?  

Flora : Je pense que pour moi, je suggérerais toujours, toujours l'Olympus Mju-ii. Mon père m'a donné le sien quand j'avais 16 ans et c'est juste l'appareil photo le plus compact et le plus facile à utiliser que j'ai. Pour moi personnellement, ce que j'aime, c'est la qualité cinématographique qu'il apporte aux images. Beaucoup de mes photographies préférées ont été réalisées avec cet appareil photo.

website_2.jpg

Fiez-vous à mon œil et fiez-vous à mon instinct

website_3.jpg

Frank : Pourquoi le cinéma pas le numérique ?  

Flora : Je n'aime pas voir les photos ici et là. Je veux devoir compter sur mon œil et faire confiance à mon instinct (ce qui signifie qu'il y a plus de chance de tout foutre en l'air).  

Frank : Avec quel film tournes-tu ?  

Flora : Portra 400 est mon choix actuel.  

Frank : Qu'étudiez-vous actuellement ?  

Flora : Je suis en troisième année d'étude de Film Practice.

 

Frank : J'ai remarqué que tu prenais principalement des photos, pourquoi n'as-tu pas étudié la photographie ?  

Flora : Pour moi, je sais que je veux écrire et réaliser mes propres films (du moins pour l'instant). La photographie est quelque chose que je sentais que je pouvais continuer à apprendre en dehors de l'université, alors que l'éducation cinématographique plus spécifique est quelque chose que je voulais en fait consacrer ces trois années à l'apprentissage. 

Frank : Quelle est la différence entre la photographie et le cinéma ?  

Flore:  Le film vous plonge dans le monde de quelqu'un d'autre, les photos vous laissent regarder.  

Frank : Alors, diriez-vous que le film est plus puissant que la photographie ?

 

Flora : Ils sont tous les deux importants, le cinéma et la photographie se nourrissent -  l'un s'inspire toujours de l'autre.  

Frank : Qu'est-ce qui vous a amené au collage ?  

Flora : Je me souviens avoir fait un atelier de création de zine organisé par le magazine Brick et à partir de là, cette pratique du bricolage est devenue une partie de mon travail. J'aime la physicalité de faire du travail avec mes mains. 

website_4.jpg

Le film vous plonge dans le monde de quelqu'un d'autre, les photos vous laissent regarder.

website_5.jpg

Frank : Quelles sont vos principales inspirations ?  

Flora : Londres en tant que ville nourrit définitivement ma créativité. Les meilleures idées sont faites quand je suis dans le bus ou le train.  

Frank : Ok, inspiration de la vie ?  

Flora : Je veux dire, je pense que le poète Yrsa-Daley Ward est quelqu'un que j'admire beaucoup. Sa façon de être si douloureusement honnête avec ses mots et d'une si belle manière est quelque chose que je trouve si inspirant. Ce n'est pas quelque chose que beaucoup d'entre nous prennent le temps de faire.  

Frank : Inspiration artistique ?  

 

Flora : Alexander McQueen, je pense, est encore une de ces personnes qui me viennent directement à l'esprit - il a pu se consacrer entièrement à ses créations, qui étaient si sombres, tordues et emblématiques. Tout le monde a ce côté qu'il cache aux autres, mais il l'a juste posé sur la table et a construit tout son héritage sur cette crudité.

Frank : Avec quelles marques aimerais-tu travailler ?

 

Flora : Je ne suis pas sûre des marques, mais j'aimerais pouvoir travailler un jour avec A24 et Kourtrajme.  

Frank : Comment trouvez-vous l'inspiration normalement ?  

Flora : Je lis beaucoup car je pense que les mots sont souvent pour moi une bonne source d'inspiration. Mais comme je l'ai dit avant d'être à Londres, il y a toujours quelque chose au coin de la rue.  

Frank : Comment quelqu'un obtient-il le travail que vous avez ? / Quels conseils donneriez-vous à quelqu'un qui souhaite obtenir le travail que vous avez ?  

Flora : Prenez le temps de découvrir ce que vous aimez vraiment créer, ne forcez pas et si cela commence à vous sentir comme vous l'êtes, ou si cela devient une corvée, passez à autre chose. Avec ces choses, il s'agit simplement de trouver la ou les pratiques créatives que vous voulez toujours faire ou auxquelles vous pensez toujours. S'il vous arrive de savoir ce que vous aimez déjà, maintenez un rythme de travail constant et, surtout, diffusez votre travail. La bonne personne le verra au bon moment. 

Frank : Faire du travail pour toi pas pour les autres ?  

Flora : Toujours, vous devez être fidèle à votre travail. C'est votre propre façon de créer qui vous rend différent des autres.  

Frank : Que comptez-vous faire après avoir obtenu votre diplôme ?  

Flora : Beaucoup de choses sont en préparation, mais j'ai tendance à ne pas trop penser structurellement à l'avenir, surtout avec tout ce qui se passe en ce moment.  

Frank : Pensez-vous que l'université en vaut la peine ?  

Flora : Seulement si tu veux en profiter au maximum. C'est trop d'argent pour y aller et ne pas en profiter / vraiment en tirer des leçons. Mais je pense qu'il n'y a pas de "bon" chemin entre décider d'y aller ou non, c'est juste ce qui vous semble le plus naturel. Uni n'est certainement pas la fin ultime. Toutes les opportunités que j'ai eues, je les ai créées pour moi-même en dehors de l'université.

website_6.jpg

Les meilleures idées sont faites quand je suis dans le bus ou le train.

website_7.jpg

Frank : Accorderiez-vous la priorité à l'université ou à une opportunité d'emploi ?

Flore : Opportunité d'emploi. Ce seul travail pourrait avoir la capacité de tout changer.  

Frank : Merci pour cette interview et avez-vous un dernier mot ?

Flora : Merci d'avoir pris le temps de me parler.

Photographie & Interview par Frank Rodriguez

Transcrit par Olive Oberoi

Produit par New Wave Studios